CRAIES


Cet automne, la Campagne de revendications et d’actions interuniversitaires pour les étudiants et étudiantes d’éducation en stage, la CRAIES, bat son plein. Des centaines d’étudiants en enseignement de l’Université Laval sont mobilisés afin d’obtenir ce qu’ils revendiquent depuis déjà plusieurs années : une compensation financière pour leurs stages finaux d’un montant de 330 $ par semaine, indexée au coût de la vie.

Les stages finaux des baccalauréats en enseignement sont des stages de prise en charge, c’est-à-dire qu’ils nécessitent que l’étudiant stagiaire prenne à lui seul, la prise en charge d’une classe. À l’Université Laval, cela correspond à une période de 60 à 70 jours à temps plein pour le stage IV, c’est à dire le stage final. Il faut ajouter à cela toutes les responsabilités que doivent normalement assumer les enseignants, comme la préparation des journées de classe et la participation aux activités et réunions parascolaires, ainsi que les tâches qu’un étudiant stagiaire doit accomplir, notamment la rédaction de rapports de stage ou les rencontres de supervision.

Ces heures occupées par le stage rendent donc très difficile sa conjugaison avec un travail rémunéré. Les revenus de plusieurs étudiants baissent ainsi dramatiquement, alors que plusieurs ne peuvent compter que sur l’aide financière aux études pour subvenir à leurs besoins. Parallèlement, leurs dépenses augmentent puisque certains doivent payer le transport jusqu’à leur lieu de stage ou même un deuxième loyer. Bref, les stagiaires vivent un moment extrêmement stressant du point de vue financier.

Les associations étudiantes de la province qui se sont regroupées pour former la CRAIES tentent donc de se faire entendre cet automne pour que leurs revendications soient écoutées. La CADEUL vous invite à soutenir les étudiants en éducation et à participer à leurs efforts de mobilisation!

Pour plus d’information sur la réalité des stagiaires en éducation et leurs revendications, vous pouvez consulter l’argumentaire de la CADEUL à ce sujet.